Otxondo Ispeguy_170612

Le "racontons" de la journée
 
Otxondo-col.jpgC'est à 7H30 précise, que nous partons en voiture depuis l'Espace Gaston Larrieu, direction Espelette pour rejoindre le départ de la randonnée montagne proposée ce Dimanche 17 Juin 2012
Après la préparation d'usage, c'est aux alentours de 8H30 que nous enfourchons nos montures, direction la première difficulté: le Col de Pinodietta. Pas le temps de se lamenter sur nos états de forme respectif, que dèjà se profilent les premières pentes. Délicieux à froid, les virages s'enchaînent à la cadence du matin du jour de la Fête des Pères. Les véléités de chacun s'expriment quand déjà, mes pauvres cuisses me rappellent que la journée risque d'être longue...pour moi! Arrivé au sommet, tout de même nous nous élançons groupés vers Ainhoa puis Dancharia. Le poste frontière passé, c'est le col d'Otxondo qui nous fait du pied. Compte tenu des circonstances, je décide (comme si j'avais le choix) de grimper à mon rythme. Elle est bien bonne celle-là, quand tout bon cyclo sait que dans un col, c'est chacun sa m..... (on en reparlera un peu plus tard...).
Déjà, Maurice, Daniel, Régis et Michel se sont volatisés, bien conscients qu'ils vont tous devoir m'attendre, au sommet. Pendant ce temps, je compte les bornes puis très vite les arbres. C'est quand j'ai commencé à compter les feuilles que je me suis dit: "ça va être dur!!!". Mais le Col d'Otxondo est magnifique et la route large et belle. Abrité par les chênes splendides, je me laisse (j'ai ma fierté) doubler par des Espagnols. Ah! si Dédé était là, ils feraient moins les malins. La fin du col, moins pentue, me permet de relancer, non sans peine "la machine". J'arrive au sommet,  après la petite halte d'usage, puis nous descendons jusqu'à Ordoki, où nous bifurquerons pour le Col d'Ispéguy.
Après cette belle descente, la route plus étroite va, après quelques sauts de moutons, s'élever plus régulièrement dans la forêt. Panneaux du côté Francais du Col d'Ispéguy.jpgToujours à la ramasse, je n'essaie pas de tenir la cadence de mes quatre coéquipiers beaucoup plus véloces. Une fois les premiers virages enchaînés, c'est une autre préoccupation qui me taraude. Je me demande alors quel est l'endroit le plus accueillant, pour que j'y laisse ma divine empreinte. Soudain, le voilà...un arbre servira de reposoir à ce qui me sert de "bécane" tandis que non loin, les fougères tendres de cette fin de printemps, semblent toutes aguicheuses. Tant pis pour elles, car elle ne savent pas encore que l'homme est une machine à recycler. Pas dégonflé pour autant et malgré les vrombrissements des engins à moteur tous proches, je décide de me séparer de mon fardeau: on y revient, dans un col, c'est chacun sa m..... Je ne m'étendrai pas plus, mais je repartis bien plus alerte et cette fois, sans mal aux jambes (ou presque). Me voilà, solitaire mais volant vers les "ventas" du sommet. Au dernier bout droit, inquiets, Michel et Régis se laissent tenter pour venir à ma rencontre. Ils n'auront pas à descendre grand chose mais ce geste marquent leur solidarité à mon égard. N'allez pas croire que les deux autres s'en foutent. Ils en ont assez, c'est tout!
A la "venta", notre sponsor "le Renard Argenté" se lâche. Sandwiches, demi sont posés sur le comptoir où nous retrouvons également un ancien du Club. Ils sont partout ces Cyclos de St Martin. Nous nous rappelons quelques souvenirs en parlant des absents (qui ont eu une fois de plus tord). A la faveur d'une décharge d'adrénaline, nous repartons requinqués dans pour une belle descente refaite à neuf...presqu'netièrement. 
St Etienne de Baïgorry, Ossès, Louhoussoa, Larressore ne seront que des péripéties, sans importance, dans notre parcours, décidemment bien agréable par ce temps. Espelette n'a pas bougé depuis notre départ. Nous arrivons aux voitures, puis bien vite, partons chercher l'endroit où nous pourrons assouvir notre soif. Après quelques discussions, Daniel et moi envahissons le centre ville dérrière Régis, Michel et Maurice. Nous décidons de ne pas nous mélanger, tant ces trois semblent encore sur leur vélo. Quelques regards des Basques présents, les toisent de haut en bas car leurs costumes dénotent dans les couleurs et je vous parle pas des "espadrilles".
Après un petit moment passé ensemble, nous nous quittons vers 13H30 pour regagner notre circonscription...c'est jour de vote!!
Une bien belle journée passée ensemble....
 
Itinéraire voiture


Afficher Espelette sur une carte plus grande

Itinéraire vélo

Commentaires (1)

1. DESTRIBATS 19/06/2012

trop bien raconté ,on s'y croirait.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

L'espace dédié au cyclisme