Rando au Col d'Ibanteli

ibantelli-7.jpgLa randonnée pédestre du Col des Poiriers fut un grand moment pour tous. Aussi pour continuer à se faire plaisir, nous vous invitions pour un nouveau rendez-vous. Dédé a mis toute son expertise à votre service, pour vous guider en toute sécurité, au "Col d'Ibanteli".

Cette ballade était accessible à tous. Il était simplement nécessaire de prévoir une bonne paire de chaussures de marche, des barres de céréales, pates de fruits ou pain d'épice pour les petites faims et un vêtement en cas de fraîcheur. 

Le "racontons" de la journée

ibantelli.jpgComme d'habitude, nous vous donnions rendez-vous devant l'Espace Gaston Larrieu à 8H45, précises, pour un départ groupé en voiture direction Sare.

Nous débuterons notre randonnée, après les conseils avisés de notre accompagnateur, Dédé. Dans nos sac à dos, le pique-nique attend son heure avant l'apéro du Président et le café à la venta du col de Lizarieta.

Cette fois, c'est parti. Le groupe de 21 personnes s'étire dans la forêt. Déjà les premières émotions quand Marie retourne à son carrosse, car son appareil photo n'a pas sa carte mémoire. Je glisse alors à Didier, solidaire dans l'attente de son retour: "ça lui arrive de plus en plus souvent de perdre la mémoire". Pendant ce temps, les marcheurs ont disparu, oubliant de semer, façon Poucet les petit caillous. Nous sommes perdus après 5 minutes du départ, quand jaillit au coin du buisson le bandana de notre sauveur, Dédé. Il s'en est retourné, quand dans le troupeau, il s'est rendu compte, en bon berger, qu'il manquait déjà quelques brebis. Tous penauds, nous rentrons dans le rang car devant c'est la foire: c'est fait, les premiers se  plantent, à leur tour, à la première intersection. Certains ne savent pas encore que la gauche est du côté de la main ou le pouce est à droite ! Après les hurlements de notre guide devenu garde fous, les choses rentrent à nouveau dans l'ordre mais le mal est fait, certains feront deux fois la distance depuis le départ.

Le chêne étend ses branches pour nous abriter du soleil, qui brûle déjà la couenne. Il faut dire que la veille, à Jaxu, la fête battait son plein au rythme des fûts de bière qui se vidaient. Je sentis alors les premières vapeurs et les non moins premiers relents de taloas ventrèche et fromage, avalés la veille: il fallait bien payer à un moment les excès. N'étant pas le seul dans ce cas, la décence m'interdisant de donner des noms, la halte fût plus que bénéfique. Les paysages sont déjà magnifiques mais rien à côté de ceux qui nous attendaient. Dédé, en bon samaritain, reprend les choses en main, pour prodiguer les derniers conseils à ceux qui doutent encore que sa maîtrise est totale. Les 100 mètres raidasses de la dernière partie, sont bientôt là. Les visages dégoulinant des efforts déjà accomplis, laissent place à la joie de tous nous voir arriver au fameux Col d'Ibanteli, presque tous en même temps. 

Les plus fortiches grimperont l'éperon rocheux surplombant le Col de Lizarieta pour voir si plus bas, notre Président, son épouse, Michel, Martin et Marc se sont acquités des droits de douane. Les jumelles passent de main en main pour vérifier que la table et les apéros sont dréssés: rien n'est laissé au hasard dans ce Club de cyclos marcheurs. Une fois de plus, ils ne seront pas à l'amande car elles aussi, sont dans les assiettes, au côté du chorizo, des olives et des gâteaux secs. L'organisation est extrême, le soucis du détail perceptible quand nous verrons les bûcherons de service déplacer les "buchettes" pour nous permettre une assise plus confortable. Nous trinquons à la mi-journée et au "44 ans", plus que sonnés, de Michel qui rajeunit plus vite qu'il ne vieillit. Figurez-vous, qu'il ne connait même plus son âge (46 bien portés, mais quand même!!): il faut dire que la veille, nous avions constaté qu'il ne savait pas plus le parcours à faire, sur sa bicyclette "chatertonnée" façon Cannondale personnalisée. Incorrigible!!! L'ambiance est à la hauteur des panoramas découverts, tout le monde sourit de ces bons moments passés ensemble. 

Après les agapes du midi, la "siestote" casquette sur le museau, le percolateur fume à la venta. Il y avait longtemps que le patron n'avait vu autant d'assoiffés autour de son zinc. Pas débordé pour autant il enquille les petits noirs, les longos, les cortados. Il y en a pour tous les goûts. Certains feront même leurs emplêtes, dissimulant quelques boissons illicites dans leur sac alors que d'autres, pensants au chemin restant, s'équipent de bâtons recommandés pour assurer le pas. Après les discussions avec un autre groupe, nous repartons dare dare dans les pas de Dédé traçant la route car "timing is money". Nous traverserons la magnifique forêt de chênes séculaires, jusqu'à la mine de charbon, la "fontaine d'eau chaude", la "pierre plate" et la bergerie...celle-là bien réelle!!!

Jusqu'au voiture, nous n'aurons de cesse de nous retourner sur les paysages découverts. Une journée splendide qui finira à la caverne moins connue que celle d'Ali Baba mais toute aussi garnie de trésors, j'ai nommé les "demi-pêche". Nous nous séparerons alors, en nous donnant rendez-vous, comme pour nous signifier, qu'il nous tarde déjà la prochaine...

Nous remercierons jamais assez les contributeurs qui firent de cette journée un inoubliable souvenir, j'ai nommé:

  • Dédé, notre guide et son expertise
  • Notre Président pour l'apéro et le café offert
  • Michel qui permit à "Juliette" un peu de repos
  • et biensûr à tous ceux qui firent honneur en participant, dans la bonne humeur
Le diaporama
Commentaires (3)

1. asccyclos (site web) 29/05/2012

Merci pour cette sympathique "mention spéciale"...

2. dede (site web) 29/05/2012

nous tenons a féliciter tout les participants a cette marche qui ont contribué a nous donner une journée de convivialité et qui par leur volonté ont participé a la réussitte de cette randonnée. Un grand MERCI à marie pour ces super photos et à notre guy sans qui tous ces bons moments ne se réaliseraient pas et qui sait si bien nous les conter avec sa touche humoristique AUPA AMIGOS

3. conrad 25/05/2012

attention ça va grimper dur j'espere qu'il ne va pas faire trop chaud à bientôt...................a+alain

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

L'espace dédié au cyclisme