L'Hagetmautienne_080509

Le dernier des Trois Brevets, organisés par le Club, fut un bon succès.

"L'Hagetmautienne" et ses 200 kms nous a fait découvrir les routes à travers la Chalosse et le Béarn. Une intendance assurée de main de Maître par notre dévoué Président et Marilou, venue en renfort, nous a permis de rouler en sécurité, sans se soucier de l'itinéraire, empruntant parfois des petites routes de campagnes que même le meilleur des GPS ne connaissait pas.

Nous sommes arrivés à bon port, sans encombre, pour une halte bien méritée à ORTHEZ, où nous sommes accueillis par Madame Gisèle MARQUE, au bord du Gave de Pau et au pied du Pont Vieux. Nous avons tout pour nous défouler....L'apéro, le vin, le dessert et le café offerts par le club, suivant la tradition...

Les accompagnateurs sont partis pour ORTHEZ, directement à 8H30. Une randonnée sous la conduite avisée de Marie,  permet en toute décontraction, la visite de la ville et de ses nombreux monuments. Le Pont Vieux, L'Eglise St Piere, Le Château Moncade, l'Hôtel de la Lune, La Maison Jeanne d'Albret, rien n'est oublié....

L'après-midi est consacrée pour les cyclos à un retour, plutôt rapide, vers St Martin de Seignanx, où la côte de Larroque fut, comme il se doit le juge de paix. Les épouses, traversèrent Salies-De-Béarn pour terminer cette journée en beauté et profiter du temps clément...

Orthez et son histoire

Située au carrefour de grandes voies historiques dont les routes de St Jacques de Compostelle, lieu immémorial de passage sur le Gave de Pau, Orthez peut se réclamer d’un très grand passé. Elle fut certainement Gallo-Romaine, puis, comme ses consoeurs, sombre dans la nuit des invasions. Elle surgit dans l’histoire lorsque après plusieurs tentatives des Vicomtes Centulle de Béarn, Gaston VI Moncade l’arrache définitivement aux vicomtes de Dax, lui permettant ainsi de devenir un des joyaux du Béarn, où sa place s’impose en toute évidence au point qu’elle en sera la capitale pendant plus de deux siècles (1242 – 1464) Ses souverains, de Moncade puis de Foix, parmi lesquels émerge la forte personnalité de Gaston Fébus, lui assurent une paix durable et insolite en ces temps médiévaux troublés. Prospérité et grandeur en sont les fruits. La Cour d’Orthez brille de mille feux en Occident, et les rois de France, d’Angleterre et d’Aragon doivent se contenter prudemment de menaces velléitaires : « Toquey si Gaouses ! », « Touches-y si tu l’oses ! » , devise de la Cité. Fortement ébranlée par les brèves mais sanglantes guerres de religion de 1569, déjà déchue de sont titre de Capitale, mais dotée d’une université protestante sous l’empreinte de Jeanne d’Albret, mère du futur roi de France Henri IV, elle demeure très longtemps une ville importante du Béarn. Rattaché sous Henri IV au Royaume de France, le Béarn voit son particularisme s’effacer…mais son âme demeure vivace ! De nombreux monuments et vestiges témoignent de la grandeur passée. Il faut voir également quelques demeures anciennes au hasard de promenades dans les rues (Maison Lataste, Batcave…), rencontrer ses illustres personnages (la famille des Reclus et des Planté, Francis Jammes, Jean-Louis Curtis…) Autour de son centre historique médiéval, le développement de la cité vous permettra de constater que notre chère vieille ville d’Orthez s’adapte avec vaillance et une certaine réussite aux exigences modernes.

Commentaires (1)

1. Marque Pascale 10/05/2009

j'ai passé un bon moment sur les traces de mon enfance. Merci à tous

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

L'espace dédié au cyclisme